27/02/2009

GOLDEN AXE : la Belle et les Bêtes !!!


Golden Axe

Dernière survivante d’un peuple vénérant un Dieu Dragon, une guerrière va devoir terrasser l’armée des ombres pour sauver sa divinité. Pour se faire, notre héroïne devra parcourir différentes contrées inhospitalières afin de reconstituer le légendaire "Golden Axe", une hache aux pouvoirs colossaux. Autre temps, autres mœurs,… Autre technologie. De 1989 à 1993, la trilogie ludique "Golden Axe", développée par Sega, a fait les beaux jours de la "Megadrive" de Sega (Ouf ! Souvenirs, souvenirs !).

Golden Axe

Plus de dix an après l’apparition du dernier opus sur cette même console, la "Playstation Portable" de Sony ressuscitait le mythe (devenu furieusement vieillot) dans "Sega Megadrive Collection", disque UMD proposant de découvrir 27 grands classiques de la console phare de Sega... Aujourd’hui, l’ancien géant qui s’opposa, dans les années 80-90, au titan Nintendo, même s’il ne propose plus de consoles, continue à développer des jeux. Des toujours folles aventures de Sonic, l’hérisson bleu, à "Viking : Battle for Asgard", Sega vient de sortir une toute nouvelle version HD de son "Golden Axe", intitulée "Beast Rider". Impressions…

Golden Axe

Soulignons, tout d’abord, qu’au royaume des jeux sanglants, ce "Beast Rider" occupe une place de choix. La présence de monstres hideux et pervers, rehaussée par un flot continu d’hémoglobine et de décapitations en tout genre, s’adjoint, dans la plus pure tradition Heroïc Fantasy, à des décors soignés hérités des sagas "Conan" et "Lord of the Rings". A cette ambiance joyeusement violente et obscure s’atèle un graphisme avenant et sympa’ ainsi qu’une intrigue correcte mariant à la fois les ingrédients standards de toute quête héroïque et les éléments classiques de la franchise "Golden Axe" : la guerrière aussi sexy que mortellement tranchante, le nain guerrier plus dur à cuire que ça tu meurs, les lutins voleurs et espiègles qui transportent dans leur paquetage potions et antidotes &, pour terminer, des montures mythologiques à fusion qui vous aideront à avancer dans les régions inhospitalières de ce monde perdu et caverneux.

Golden Axe

Malheureusement, tout n’est pas rose bonbon au pays de "Golden Axe" 2008. En omettant de pointer quelques belles cinématiques, on regrettera surtout le manque de profondeur de ce jeu qui a vraiment du mal à se recycler et à réchapper à un Gameplay nettement trop répétitif. Suivent, pour plomber un peu plus l’ambiance quelques Bug’s s’agglutinant généralement à la fin des différents niveaux de ce titre.

Golden Axe

Basé essentiellement sur des combats, à la longue, monotones, "Golden Axe : Beast Rider" peut uniquement compter sur la variété des ennemis (plus ou moins castards) et sur la palette de montures fantastiques que votre héroïne peut chevaucher, pour aider le joueur à se divertir dans une quête finalement moyenne, alternant entre le respectable et le commun.

Golden Axe

Imaginez, par exemple, un "Assassin’s Creed" cantonné à un espace de progression fermé, ou un "God of War" ne pouvant interagir avec aucun élément du décor ! Toutefois, cette relecture, tout en conservant intelligemment l’esprit des premiers opus, paraît en définitif plus intéressante qu’un "Viking : Battle for Asgard" ou même que le répétitif "Heavenly Sword".

Golden Axe

MON AVIS :  coeurcoeurcoeur_12coeur2coeur2

► Retrouvez l'évaluation et les dernières infos sur "Viking : Battle for Asgard"...
► Retrouvez l'évaluation et les dernières infos sur "Assassin's Creed"...
► Retrouvez l'évaluation et les dernières infos sur "God of War"...
► Retrouvez l'évaluation et les dernières infos sur "Heavenly Sword"...

13:31 Écrit par TOM dans JEUX, PS3 | Lien permanent | Commentaires (0) |

09/11/2008

GOD OF WAR : Chains of Olympus


Alors qu’un troisième opus de la maintenant célèbre franchise "God of War" est en développement sur la PS3, Sony Computer Entertainment nous a proposé, cette année, une version portative (sur PSP donc) des aventures farouches et sanglantes de Kratos, le guerrier de Sparte,… Lui qui a déjà, par deux fois, cartonné sur la PlayStation 2. Dans "God of War : Chains of Olympus", notre super guerrier bodybuildé continue à sauver la face des divinités antiques sur terre.

Le Panthéon divin n’est, il est vrai, pas à son apogée pour le moment : En retenant prisonnier Hélios, Morphée est sur le point de plonger le monde des hommes et des Dieux dans les ténèbres. Donc après avoir laminé quelques Perses enragés et leurs monstres démoniaques, Kratos se voit confier par Athéna une nouvelle mission, des plus périlleuses, qui le conduira à Marathon où les morts se sont levés de leur tombe et où la population est décimée par une horde de créatures aussi hideuses que redoutables...

Heureusement notre colossal héros au crâne luisant, arborant fièrement ses peintures de guerre, bénéficie de tout un arsenal de coups spéciaux et de tours de magie pour se sortir des situations les plus délicates. Entre combats visuellement attractifs (pour un jeu sur PSP !) et quelques beaux passages de réflexion, "God of War : Chains of Olympus" réussit avec les honneurs son passage de la PS2 à la console portable de Sony.

Proposant une jouabilité des plus honnête, ce nouveau titre vous en mettra plein la vue & vous scotchera de nombreuses heures devant l’écran miniature de la PSP… De nombreuses heures ? Non, pas exactement ! La durée de vie de ce titre est en effet assez limitée mais, une mauvaise nouvelle n’arrivant jamais sans une bonne, ce "God of War" devrait passer rapidement en version "Platinum", soit revenir à 19/20 euros. Ce qui est plus que donné pour l’un des meilleurs jeux de plateforme disponible actuellement sur la PSP.

Si ce n’est déjà fait, plongez sur cette trépidante aventure mariant tous les éléments clés d’un bon combat enragé en mode antique : le sang à profusion et de jeunes et belles esclaves à secourir. Réservé aux 18 ans quand même !

MON AVIS :  coeurcoeurcoeurcoeurcoeur2

11:16 Écrit par TOM dans JEUX, PSP | Lien permanent | Commentaires (0) |